Dénigrement des opticiens : illusion d’optique ou réalité ?

Dénigrement opticiens

Récemment encore, les opticiens ont été la cible de toutes les critiques. Ils doivent en même temps faire face au développement d’une concurrence nouvelle : celles de sites Internet, sur le modèle du “pure player”.
Conséquence : ils se posent de plus en plus de questions sur leur métier.

La série d’attaques dont font l’objet les opticiens depuis un certain temps m’a donné envie de réagir à plusieurs titres.

D’abord, en tant que formateur en management et relation client depuis plus de 10 ans, j’ai eu l’occasion de rencontrer un certain nombre d’entre eux et de les faire travailler.
Cela m’a donné l’occasion d’apprécier à la fois leur vision du métier, leur professionnalisme et leur envie de bien faire.

Ensuite, en tant que chef d’entreprise, j’estime qu’il est préjudiciable et dommageable de s’en prendre à des entrepreneurs générateurs de milliers d’emploi en France.

Enfin, étant client moi-même et porteur de lunettes depuis 15 ans, j’ai pu me rendre compte de la complexité du métier, mais aussi de la possibilité pour moi client de choisir un équipement adapté à mes envies, mes besoins et mon budget.

Ai-je eu la chance de tomber sur des personnes compétentes et d’éviter ceux qui sont tant décriés actuellement ?
A moins que le ciblage dont la profession fait l’objet soit injustifié …

“Tout ce qui est excessif est insignifiant”
Talleyrand

Et vous, quel est votre avis sur le sujet ?

Tags , , , ,
Thierry Giraudier

Thierry Giraudier

Thierry Giraudier fonde BOOST UP en 2003. Professionnel de la relation client depuis 25 ans, il a été auparavant Dirigeant, Manager et Responsable Commercial pour les groupes Do It, Pyxys, Barclays, Société Générale, Banques Populaires et BNP Paribas notamment. Depuis 16 ans, il conçoit des formations pratiques, concrètes et opérationnelles, génératrices de résultats durables pour les clients de BOOST UP et leurs équipes.

Commentaires de l'article

  1. Pour aider à accepter ce dénigrement, voici une piste.

    Le client gardera de toute façon ses préoccupations dîtes naturelles: je veux une lunette pas trop lourde, sans patins, faut pas que ça fasse mal derrière l’oreille etc…Donc les opticiens pourront exercer leur métier comme d’habitude…peut être le choix du verre progressif sera différent mais les mesures, l’ajustage, le taillage, etc…sont les mêmes. Faites venir les clients dans l’atelier…peu de gens savent comment vous travaillez ! Ils seront surpris de la complexité de la MAIN d’OEUVRE.

    Ceux qui disent que les opticiens s’en mettent “pleins les fouilles” ou des mots comme cela…laissez les parler, il y a des réac partout et beaucoup de clients vous soutiennent Abaisser votre niveau de stress pour rester concentré sur le client…afin de lui donner toute votre attention…et le meilleur service. Epatez le ! L’effet YAOUOU

    Au départ, l’idéal est d’enlever la barrière naturelle que les opticiens ont sur la mutuelle: on va parler de la mutuelle, zut, je vais devoir regarder les tarifs spécifiques… c’est un client qui vient chez moi par dépit, un nouveau client envoyé par la mutuelle! Il demande un devis…

    C’est l’occasion rêvée de DEMONTRER de quoi vous êtes capables, vous, les opticiens. Et c’est l’occasion d’avoir un nouveau client !

    Finalement ce qui se passe dans ce métier est une arme pour l’avenir…à condition de continuer son activité professionnelle avec plaisir!

    François Nérot qui connaît très très bien le métier d’opticien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *